Presque chez les Basques. Presque.

par Juliette  -  1 Octobre 2019, 17:51  -  #Canyon, #science du manque d'inspiration pour inventer une science

Vendredi soir, je chemine vers les Pyrénées en me répétant que, non, mes parents ne vont pas me déshériter, même si j'aime le canyon. Pour éviter toutes confrontations, je vais vers ma deuxième maison, chez Léo et Camille. Parce que demain, avec Léo, on part vers le Béarn et la Vallée d'Ossau pour participer au Rassemblement National de Canyon 2019 (oui, il faut les majuscules, ça fait plus sérieux).

 

Samedi, il faut se lever. "noooon encore 10 minutes steupléééé". Nous avons décidé de faire cinq choses différentes aujourd'hui. Mais à ce moment là, on était pas trop sûr de l'ordre dans lequel on allait les faire...

 

 

1 - Filez moi mon T-shirt

La première chose à faire quand on arrive en Vallée d'Ossau, c'est d'aller signaler notre arrivée et de donner notre programme. Et de récupérer notre attirail de parfait congressiste, à savoir, T-shirt, éco-cup, tickets bières et ticket repas. 

Au bureau du shérif (celle là elle est pas de moi, de blague), nous signons le planning, donnons notre heure de départ et nous récupérons le numéro de téléphone de la personne à prévenir une fois sortis du canyon (une super idée, d'ailleurs). Et c'est parti! Direction Laruns. Je sais pas vraiment si elle existe cette ville, parce qu'on a passé la journée à suivre le panneau sans la croiser...

 

 

2 - Merde on s'éloigne de la route

Léo et moi avons fini par nous décider, nous ferons Canceigt ce matin et les Eaux-Chaudes cet aprèm. Je ne pense pas être la seule à trouver qu'il manque une lettre à Canceigt, n'est ce pas? 

Le "problème" avec ce canyon quand on a qu'une voiture, c'est qu'on peut pas faire la navette et que du coup on a une quarantaine de minutes de marche d'approche. Qu'à cela ne tienne, on fera du stop. On a bien espéré 30 secondes qu'un autre groupe du congrès viendrait, mais non. Mon pouce est près a être dégainé, mais je vois tristement que le chemin qu'on prend, beh il s'éloigne beeeaaauuucoup de la route. Tant pis, je vais souffrir. Quel sport de merde le canyon. Heureusement, à chaque virage en lacet du chemin, il y a un banc. J'aime les bancs. Léo est patient (je t'adore, merci!), Amen! 

On finit par arriver au départ de la jolie petite rivière. Après s'être changés, nous descendons ce canyon absolument génial. Il est très encaissé, on se croit par moment en spéléo (d'autant qu'il y a des concrétions à un endroit). Quelques vasques, des cascades, un toboggan, un saut avec refus d'obstacle et la quasi perte du kit corde tout neuf de Léo et nous finissons par arriver au bout de la descente. On se change à la voiture et on mange. Des guides arrivent et nous proposent de nous monter au départ du canyon (putain mais vous étiez où ce matin, quand on en avait besoin??!!).

 

 

3 - Congrès canyon rime avec spéléo

Nous décidons, après manger, d'aller faire un tour dans les grottes de Eaux-Chaudes (la petite et la grosse, avec l'eau pas du tout chaude). Nous croisons deux dames au départ du chemin. "vous allez dans les grottes? super, comme on a pas de lampes, vous pourrez nous montrer!". Fuyons, vite. On leur met leur race sur le chemin pour monter aux entrées. On est vraiment mal élevé. Nous ne faisons que le début des deux grottes, on est pas trop équipé.

 

 

4 - J'ai reçu ma paie, il y a des exposants

De retour au lieu du congrès, nous retrouvons Fabien. Arrivé la veille, il a fait d'autres canyon avec ces amis. Il a l'air crevé, avec tact nous l'informons qu'il a une tête de déterré. Nous sommes des amis exécrables. Soit Fabien s'en fiche, soit il est trop crevé pour nous en coller une. Ou alors il est très gentil. Bière à la main, nous faisons le tour des stands, saluons les gens qu'on connait (il y en a pas beaucoup beaucoup) et, bien entendu, nous achetons quelque chose. Le guide canyon du coin, que seul Fabien a et je commande une combi chez ACS. Sur-mesure pour ma carcasse en cours de délabrement.

 

 

5 - C'est quand qu'on mange, j'ai la dale

Après les traditionnels discours, c'est parti pour l'apéro puis le repas. C'est bon, on est jeune, on est content, on a l'estomac rempli. Il est temps d'abandonner Fabien, nous rentrons à Tarbes, nous avons rendez vous dans une salle obscure demain avec Camille.

Oh! Et il y a eu le "devine combien pèse ce bidon" pour gagner des lots. Avec Léo, on repart avec un porte-monnaie Rodcle.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :